Browse By

Couler la Lumière & Optical Experiment — Alain Guibert, Bernard Béraud

affiche alain guibert

Alain Guibert

– Peintures –

Alain Guibert nous offre une immersion dans un monde à la fois poétique et graphique, à la découverte d’une œuvre polymorphe.
Alain Guibert travaille avant tout sur la couleur et ses nuances, sur cette décomposition si particulière de la lumière que l’on semble apercevoir dans la série des croisillons. L’Œuvre revêt un aspect rappelant des tapisseries, avec de grandes toiles dont la peinture, à sa base, évoque les fils d’un tapis. Couler la Lumière invite alors à prendre la lumière en filature, tout au long de notre déambulation.
Doucement, un sentiment aquatique s’installe, nous plonge dans l’Œuvre du peintre dont nous appréhendons toute la subtilité, la légèreté et le mystère. La série « La dalle », moment clé de l’exposition, raconte alors cette rencontre singulière d’une âme passionnée avec ce bloc immergé où l’eau translucide et sa réverbération viennent teinter l’imaginaire de touches lumineuses et ondoyantes.
L’exposition se construit autour de ce fil conducteur qu’est cette eau qui coule sans bruit dans l’œuvre, et devient finalement une litanie discrète. La transparence s’infiltre et nous promène au travers de la matière, du tissage, jusqu’au goutte-à-goutte délicat s’épanchant du filet du pêcheur.

Manon Hoarau.

13077287_983321451756657_1234280989_n

 

Artiste plasticien, né aux sables d’Olonne en 1953, mort à Quiberon en 2006.
Venu à la peinture abstraite dès l’âge de 16 ans, il refuse de suivre le chemin prévu par son père électricien et serrurier d’art à la chaume.
Passionné par la mer qui a bercé son enfance, il s’inscrit dans le mouvement support-surface ; une de ces premières séries évoque Kandinsky, quand l’avant dernière s’apparente à Viala, Simon Hentaï, ou encore Valero Kim. Il voue un culte obsessionnel au carré, jouant avec le rythme et les couleurs de sa peinture.
Commençant ses travaux à l’encre de Chine en noir et blanc, il privilégie rapidement les couleurs et dans la matérialité de la peinture, utilisant différentes techniques (collage, creusage…) dans ses figures géométriques, couches creusées, pics et collages. Son travail fut présenté en Vendée dans les années 80, puis en Gironde dans les années 90 et enfin dans la région parisienne au CAES à Ris Orangis, avec le collectif art cloche.
Sa dernière série plus apaisée, fût couronnée d’une belle exposition à Evry en 2005, les congratulations le plongeant dans une « crise de recherche » qui le conduit à Quiberon en Bretagne. Cet amoureux de la mer pérît noyé.

 + Venez découvrir ou redécouvrir le travail de Bernard Béraud et sa série Optical Experiment.

Exposition à la Galerie MLS du 12 avril 2016 au 14 mai 2016.
Vernissage jeudi 28 avril à 19h. 

Evènement Facebook