Browse By

Isabelle Valdelièvre

Résumé de l’entretien avec Isabelle Valdelievre

DSC_0117

« J’ai fait une maîtrise d’Histoire de l’art, ensuite une formation à l’Ecole Duperré mais tout passe par des rencontres. Pour moi, le dessin est la base de tout et pour mes gravures je m’inspire de mes dessins. Je suis venue à la gravure d’ailleurs car je faisais des dessins à l’encre de chine et je trouvais que la gravure me permettait d’interpréter mes dessins dans un matériau plus concret. Je trouve que le dessin est vraiment une mise à nu. C’est par le dessin que l’on est le plus près de la pensée et de la sensibilité de l’artiste.

Ma principale source d’inspiration est la nature. Il y a vraiment quelque chose dans la nature que je trouve qui nous dépasse : la fragilité, les traces, les choses éphémères, parfois que l’on ne voit pas, les petites choses très humbles et  j’essaye d’exprimer cela par la gravure et le dessin.  Pour les gravures, j’essaye de traduire des choses assez impalpables, les ondulations, la légèreté et des choses, un peu plus grave aussi. Après, cela laisse des traces en moi et peut être chez le regardeur, celui qui fait que cela existe aussi.

Ma technique privilégiée est la pointe sèche parce que c’est direct et c’est le plus proche du dessin. Ensuite de temps en temps, j’utilise l’eau-forte car avec la morsure de l’acide on ne maîtrise pas tout. Il y a une part de hasard qui intervient et qui me stimule. De plus, parfois j’utilise des plaques où il y a déjà des traces, peut-être d’acide ou d’outils, et cela induit un résultat encore différent de mon dessin d’origine. »