Browse By

Marion Stille

Marion Stille est paysagiste ; le paysage réel est intégré au tableau sans être topographiquement identifiable. Il est appréhendé d’abord à la faveur de dessins à la plume, de gouaches sur papier, de format modeste, qui captent l’esprit du lieu ; le motif est fixé avec les résonances qu’il suscite. Les lignes de forces, les sonorités, la lumière sont notées ; le croquis est accroché aux murs de l’atelier pour mémoire et réactualisation de cette rencontre initiale qui va se déployer, s’accomplir à la surface de la toile. Cet aide-mémoire reconnecte l’artiste avec ce moment donné de son existence, dans un lieu d’élection, défini génériquement comme « Stadt, Fluss, Ebene, Gebirge, Meer » (ville, fleuve, plaine, mont, mer). Le mouvement se matérialise, la masse devient lumière. Les bleus, les ocres et les gris de Marion Stille renvoient à la perception des paysages de la nature : ciels ardoisés, champs lacérés de gris, tavelés de pluie, fleuris d’ocre substantiel, noyés de gerbes d’écume.
Le feu couve et se propage sur la toile, innervée de traits qui s’éploient et se resserrent, à l’instar des chemins, des voies d’eau, des lanières végétales qui permettent et inscrivent les allées et venues des hommes. Les toiles de Marion Stille sont habitées sans qu’y paraissent les hommes. L’érection tectonique des monts et des villes, les fleuves qui se rendent à la mer, l’effusion de la couverture végétale sont incorporés par l’artiste qui les accueille, les fait vivre en elle. Elle en retranscrit les lignes de force, la substance colorée, son propre souffle confondu avec l’esprit du lieu. Lors de la rencontre initiale, ultime ou renouvelée dans la douceur moins l’usure. L’eau qui coule sous sa fenêtre, la montagne entre-aperçue de très loin, à l’autre bout du monde, requièrent également ses soins.
Marion Stille travaille sur toile ou sur un carton épais à l’huile ou a tempera. Elle travaille aussi à fresque dont elle enseigne l’art au sein des ateliers des Musées nationaux de Berlin. Son mari Johannes Bauer est un trompettiste renommé.
Marion Stille nous révèle la magie des lieux. Ses paysages sont inépuisables. Nous sommes attirés dans leur champ comme dans une pièce de musique. Comme si on ne voyait plus avec les yeux seuls. Comme si les couleurs bruissaient. Le rythme s’imprime à notre corps… Nous prend l’envie de danser. Elle vit et peint dans le sillage de la musique plus que des mots.
Son patronyme Stille, signifie silence.
M.-L.S

Capture d’écran 2014-09-09 à 15.30.31 Capture d’écran 2014-09-09 à 15.30.23 Capture d’écran 2014-09-09 à 15.30.14 Capture d’écran 2014-09-09 à 15.30.03 Capture d’écran 2014-09-09 à 15.29.56 Capture d’écran 2014-09-09 à 15.29.46  Capture d’écran 2014-09-09 à 15.29.31 Capture d’écran 2014-09-09 à 15.29.23  Capture d’écran 2014-09-09 à 15.29.00  Capture d’écran 2014-09-09 à 15.28.31 Capture d’écran 2014-09-09 à 15.28.12 Capture d’écran 2014-09-09 à 15.27.46  Capture d’écran 2014-09-09 à 15.27.14 Capture d’écran 2014-09-09 à 15.27.04 Capture d’écran 2014-09-09 à 15.26.57 Capture d’écran 2014-09-09 à 15.26.47 Capture d’écran 2014-09-09 à 15.26.38 Capture d’écran 2014-09-09 à 15.26.26 Capture d’écran 2014-09-09 à 15.26.15 Capture d’écran 2014-09-09 à 15.26.08 Capture d’écran 2014-09-09 à 15.26.00 Capture d’écran 2014-09-09 à 15.25.53 Capture d’écran 2014-09-09 à 15.25.45 Capture d’écran 2014-09-09 à 15.25.36 Capture d’écran 2014-09-09 à 15.25.25 Capture d’écran 2014-09-09 à 15.25.16