Browse By

Stefan Plenkers

Stefan Plenkers, en raison de ses dons et de sa mobilité native, s’est ou a été dispensé de toute servitude. C’est la peinture qu’il sert -exclusivement- avec modestie, énergie et passion, et à travers elle, ceux qui la regardent et qu’il respecte.
Le temps presse. Le peintre s’escamote derrière les grands formats qu’il présente à la lumière, donnée par les deux fenêtres qui éclairent l’atelier.
L’œuvre est en cours : « Das Werk ist im Fluss » dit-il, comme on constate l’activité des éléments. Sa voix bien timbrée, articule l’impatience de faire, puis se taire.

Rien ne saurait arrêter ce flux de lui à la toile, de la toile aux regards connus et inconnus qui, en retour, dynamisent la vision de l’artiste. Peu sensible aux douceurs qui s’attachent à la renommée, Stefan Plenkers puise dans le regard de l’autre l’énergie de se renouveler. La découverte de l’Asie en décembre 1988 a comblé le peintre, comme épaulé par ce sourire asiatique, qui dans la foule ouvre un espace intérieur et dessine une présence humaine, unique.
L’intimisme qui colorait jadis les scènes de cirque, carnaval, café, théâtres, tous ces lieux où le déguisement révèle les êtres dans la précarité des heures vides quand la fête s’éteint, est désormais dépassé. Les toiles récentes qui amorcent une descente en soi, dans les replis de l’imagination et des émotions individuelles et collectives imposent l’ampleur de la vision d’un artiste au lyrisme impersonnel, au meilleur sens du terme, qui transcende sa subjectivité dans la grande geste de l’humanité. L’agrandissement des formats, sensible au cours des dernières années (avant la chute du mur) et qui coïncide avec la découverte de nouveaux espaces géographiques, permet et déploie cette conquête de l’histoire et de l’intériorité de la conscience.

Les toiles récentes construites avec ampleur et fermeté illustrent cette avancée et témoignent d’une plasticité quasi organique. La surface colorée –noirs profonds moirés ou glacis bleus- incisés de signes qui ont l’autorité des palimpsestes sécrète des formes, des pensées révélant en filigrane d’autres présences qui s’évanouissent et se recomposent dans la trame assouplie de cette chorégraphie de figures. Ne dirait-on pas d’un art cinétique qui aurait intégré la fluidité, l’évanescence des émotions dans une composition lisible et poétique ? Evolutive en quelque sorte, l’œuvre continue à vivre sous notre regard, de notre regard.

M.-L.S

Stefan Plenkers’ strong talent and natural flexibility have served him well. He works exclusively through painting, creating art that is filled with modesty, energy and passion, gaining him a lot of attention and respect. His large-scale paintings are presented in the light of the two windows that illuminate his workshop. Time is of the essence. ‘Das Werk ist im Fluss’ (work is under way) he says, as he discusses his activities, his resonant voice expressing his eagerness to create.

Nothing will stop the flow between the artist and his canvas, nor that between the canvas and the experienced or inexperienced observer, who, in return, galvanises the artist’s vision. Plenkers remains insensitive to the sweet taste of fame and instead puts all his energy into reinventing himself. Discovering Asia in December 1988, Plenkers became influenced by those who stand out from the crowd, thanks to their bright smiles. This allowed the artist to hone in on the creation of an inner space, drawing the individual, human presence.

The intimism which once filled the scenes of the circus, carnivals, cafés and theatres and revealed the insecurity of people in the early hours when the night draws to a close, is now over. Plenkers’ recent works are instead concerned with an inner reflection, looking at individual and collective imaginations and emotions, and impose the breadth of vision of this impersonal artist – in the best sense of the term – which transcends his subjectivity in the great act of humanity. The increasing size of his paintings, noticeable over the last years before the fall of the wall, permits and further deploys his conquest for history and interiority.

His recent canvases, created with breadth and rigour, illustrate this advancement and play witness to an almost organic plasticity. The coloured surfaces, with shimmering deep blacks or glazed blues incised with signs that make them seem like palimpsests, secrete shapes and thoughts that reveal other hidden presences, disappearing and being reconstructed in the soft thread of the choreographed figures. You could say that this is a kinetic art which integrates the fluidity and evanescence of emotions in a readable and poetic composition. Somewhat progressive, the work of art continues to live both under and through our gaze.

Translated by Panayiota Soots

Stefan Plenkers a participé à de nombreuses expositions à la Galerie MLS :

Au fil du temps I
Au fils du temps II
C’est la mer allée
Dresde à Coutras
Berliner Collage II
De pierre, de ciel et d’eau II
Ad Mare, Semper Dissimilis et Ante Noctem

bandeaustefanplenkers

bandeauportraitplenkers