Browse By

Wolfgang Leber

Wolfgang Leber, qualifié de « spiritus rector » de la scène indépendante berlinoise des années 60 à nos jours, ancre son œuvre dans l’espace urbain (emboîtement des espaces intérieurs complexes à trois dimensions, métro, gare…) dont il fixe et magnifie les lignes de fuite. Avec le renfort de couleurs raffinées et lumineuses– au pire des années noires du Réalisme socialiste- l’artiste extrait du labyrinthe du métro la grâce et la musicalité d’une miniature persane. Son « Zirkel » indépendant a constitué une académie parallèle, partie intégrante de l’identité artistique et socioculturelle de l’ex R.D.A. et des Länder de l’Est au sein de la R.F.A.. L’artiste s’est révélé difficilement instrumentalisable par une idéologie quelle qu’elle soit. W. Leber, à son tour, contribue à éclairer la spécificité de la scène artistique berlinoise indépendante, à l’interface de la ligne de démarcation qui la sépare des démocraties occidentales et dans la promiscuité géographique du pouvoir central. Dans l’œil du cyclone. W. Leber a récemment illustré dix bois gravés accompagnant les poèmes de Richard Pietrass, Binzer Schatzbrief, 2008.

As the ‘spiritus rector’ (leading-directing mind) of the independent Berlin scene since the 1960s, Wolfgang Leber anchors his work in urban spaces (complex three-dimensional interior spaces such as the underground or stations) fixing on and magnifying their vanishing points. At the height of the dark years of socialist realism, the artist managed to produce the labyrinth of the underground with the grace and musicality of a Persian miniature, thanks to the use of refined and bright colours. His independent ‘Zirkel’ (circle) has established a parallel academy, as an integral part of the artistic and sociocultural identity of the old East Germany and the eastern states of West Germany. It proves difficult to put pressure on this artist, whatever the circumstance. In turn, Wolfgang Leber helps to highlight the specificity of the independent Berlin art scene both at the dividing line which separates it from western democracies and in the geographic promiscuity of central authority: in the eye of the storm. In 2008, W. Leber illustrated ten engraved wooden panels, which accompany poems by Richard Pietrass and Binzer Schatzbrief.

M.-L.S.

Wolfgang Leber exposé à la Galerie MLS à l’occasion de La couleur en tête